mercredi 6 juin 2018

Convoyage de Solivalio à l’Aber Wrac’h, juin 2018.


Faire un clic sur les images pour leur agrandissement.

 

       Nous sommes en période estival. Cela signifie pour les plaisanciers que la période pour effectuer des croisières plus ambitieuses est arrivée. La vie à bord, se trouve d’un seul coup facilité par des températures douces et agréables, les coups de vent se rarifient les journées s’allongent et permettent de profiter des escales le soir après la journée de voile.

       Cette année, pour nous, il est décidé, de faire une longue croisière vers l’Angleterre dans la région du Devon. Cette région du Devon, est  inconnu pour l’étrave de Solivalio.

       L’équipage dispose de deux semaines pour effectuer le périple sur les côtes Anglaises. Le problème qui se pose pour nous, est le manque de temps comme souvent avec des programmes ambitieux. En effet, il manque trois jours pour effectuer la croisière complète en partant de Vannes. La solution est trouvée, nous convoyons notre bateau au nord de la Bretagne, le week-end précédent la grande croisière. 

Samedi 2 juin 2018.


        Après avoir observé la météo toute la semaine, la chance semble nous sourire avec du vent situé nord Est au portant, idéal sur le papier (sur internet plutôt). Toutefois, deux jours avant le départ, la chance tourne, et nous nous retrouvons sans vent ce premier jour de croisière. Pour se consoler, on se dit que cela pourrait-être bien pire, s' il y avait, un coup de vent d’Ouest. Cela aurait rendu impossible le convoyage de Vannes vers l’Abert Wrac’h en deux jours et demi.
 
 
 


        Nous sortons du Golfe au moteur et prenons toutes les routes les plus courtes pour sortir de la baie de Quiberon. Passage à l’Ouest de l’île de Méhaban, puis on passe par le passage d’Er Toul Bras à la pointe de Quiberon.
 
 Le passage d’Er Toul Bras à la pointe de Quiberon, juin 2018.
 
 
        Trois belles heures de navigation à travers les îles du Golfes du Morbihan. A travers les voiliers à l’arrêt et manquant d’oxygène dans la baie de Quiberon pour pouvoir faire la régate « autour de Belle Ile » .
 
Baie de Quiberon, régate autour de Belle ÎLe, juin 2018.

Baie de Quiberon, régate autour de Belle ÎLe, juin 2018.

Baie de Quiberon, régate autour de Belle ÎLe, juin 2018.
 

       Notre route se poursuit ensuite vers le Sud de l’île de Groix, en laissant le phare de Birvidaux derrière nous avec sa houle environnante croisée et désagréable à la navigation.
 
Route entre Vannes et Penfret archipel de Glenan, juin 2018.


      Quand enfin nous voyons derrière nous le phare de Pen Men sur la pointe de groix du même nom, il est temps de surveiller autour de nous, nous sommes dans le coin à dauphins. Pas de manque,ils sont là au rendez vous. Ils sautent plus au large, prennent le soleil comme nous sur le dessus de la houle d’Ouest.

      L’arrivée en début de soirée à Penfret à l’archipel de Glénan est appréciée. Pas pour le paysage de l’Ile du ponan ou la beauté de ses eaux qui ne sont plus à vanter, mais pour ne plus entendre le ronronnement régulier du Volvo Penta 18CV.

      La nuit est douce au mouillage, nous sommes parfaitement, à l’abri des vents de Nord Est.
 
Mouillage à Penfret archipel de Glenan, juin 2018.

Mouillage à Penfret archipel de Glenan, juin 2018.



Dimanche 3 juin 2018.


         Va t’on avoir du vent pour ce jour saint, qui doit-être normalement le jour de repos de la semaine?

         70 Milles à couvrir autour de la Bretagne aujourd'hui. En conséquence, pas question de repos pour nous.

         Le capitaine à six heures le matin, sent le vent de sa cabine.
 
Entre la pointe de Penmarc'h et le Ras de Sein, juin 2018.

         En effet, le vent est là, et bien situé. La décision est prise (pas collégialement mais seul par le capitaine impitoyable pour mener l’équipage). « Nous prendrons le petit déjeuner en navigation ». Le tour de l’archipel est rapidement effectué, le spi est mis en place et nous voilà déjà à 11h00 à la pointe de Penmarc’h.
 
Entre la pointe de Penmarc'h et le Ras de Sein, juin 2018.

Entre la pointe de Penmarc'h et le Ras de Sein, juin 2018.
 
Toutefois, nous affalerons le spi peu avant la vue du grand phare de Eckmuehl.        
 
Phare de Eckmuehl pointe de Penmarc'h, juin 2018.  
 
 
    Le vent monte et le ciel se couvre de gris foncé, nous sentons l’instabilité orageuse. Les voiles sont disposées en ciseaux plus rassurant. Plus tard, nous remettons notre spi une fois le ciel plus stable.    
         La journée, est consacrée aux changement d’amures sous spi jusqu’au Ras de Sein. Ce dernier est  passé sous un spi mou et chancelant qui fait parfois pitié à voir car le vent finit par tomber définitivement devant l’entrée de la baie de Douarnenez. Nous revoilà pousser par une simple hélice que nous avons bien du mal à supporter mais qui rend possible l’évolution de la coque.
        La baie des Trépasser, le Cap de la Chèvre, la Rade de Brest, puis la Pointe St-Mathieu, la remontée dans le chenal du Four et, c’est l’arrivée à 20h30 à L’Aber Ildut.
 
la Pointe St-Mathieu, juin 2018.
 
 
 De nouvelles installations portuaire nous attendent, la plaisance prend ces aises dans ce port de pêche et de récolteur d’algue marine. Il commence à pleuvoir...


Lundi 4 juin 2018.


 
          Le départ est matinal. Nous devons profiter du courant montant pour rentrer dans la Manche avec la fin du chenal du Four et son Phare majestueux qui est pour une fois épargné par la houle ce matin. Cette houle (inexistante) n’épargnera pas un estomac du bord plus ou moin résistant à la houle de la soirée dernière à l’Abert Ildut.
Phare du Four, juin 2018

Phare du Four, juin 2018
 
 
         18 Milles seulement à faire et nous arriverons aussitôt 11h00 au port de l’Aber Wrac’h. Nettoyage du voilier, douche, déjeuner et Daniel nous ramène sous la pluie vers le Morbihan en voiture cette fois.
       Le convoyage est réussit, la grande croisière va démarrée samedi après la semaine de travail.
      Pendant ce convoyage, à chaque jour sa mer, avec l’Atlantique, la mer d’Iroise et la Manche.


 

dimanche 13 mai 2018

Croisière en Finistère sud du 5 au 10 mai 2018


Croisière en Finistère sud du 5 au 10 mai 2018

 
Faire un clique sur les images pour leurs agrandissements.


          Nous sommes trois marins sur Solivalio pour six jours de croisière après le désistement de dernière minute de Stéphane. Il est prévu de naviguer en Finistère sud sans toutefois, dépasser la pointe de Penmarch.


Samedi 5 mai 2018.


       Le départ de Conleau à Vannes se fait en fin de matinée avec le jusant à 10h30. Nous avons, beaucoup de chance. Il est prévu un vent de Nord Est établi pour la journée. Tout est Idéal pour nous sur le papier. Toutefois, il en sera très différent sur le plan d’eau. En effet, nous partons sans vent... dans le Golfe. Toujours pas de vent après le plein d’eau douce à Arradon, moteur, moteur et encore moteur dans la baie de Quiberon, jusqu’au passage de la Teignouse.

         Le passage de la Teignouse est également l’endroit ou nous nous retrouvons avec Alain qui est en solo sur son Kelt 8m. Cela était prévu de naviguer ensemble pour cette première journée de croisière.

         Le passage de la Teignouse passé, et nous voilà désormais au près du vent, le vent est passé à l’ouest dans notre direction vers l’île de Groix. Les deux voiliers tirent un long bord ensuite vers Belle Île, un autre bord de près pour sortir de la baie de Quiberon. Il en sera ainsi jusqu’au port de Locmaria à Groix avec une arrivée tardive à 21h00. Les deux voiliers trouveront une place de mouillage sur boule.

 
Mouillage de Port Maria, île de Groix, Mai 2018.
 
Mouillage de Port Maria, île de Groix, Mai 2018.

Mouillage de Port Maria, île de Groix, Mai 2018.

Mouillage de Port Maria, île de Groix, Mai 2018.

Dimanche 6 mai 2018.

         Les prévisions météo sont favorable pour faire une route vers l’ouest en voilier aujourd’hui. Un seul problème, le vent est annoncé seulement jusqu’à 11heures. En conséquence lever 6h00 et départ aussitôt 7h00. Nous longeons, la côte sud de Groix, et nous entendons les derniers frémissements de son de la rave party qui doit être la continuité d’une nuit folle pour certains.

         Le spi est mis en place, que du bonheur. Il en sera malheureusement pas ainsi jusqu’à l’archipel de Glenan notre objectif. Le vent tombe, nous terminons les derniers milles au moteur.
 
Route avec le spinnaker, entre Groix et l'archipel de Glenan, Mai 2018.

Route avec le spinnaker, entre Groix et l'archipel de Glenan, Mai 2018.
 
Route avec le spinnaker, entre Groix et l'archipel de Glenan, Mai 2018. 


Route avec le spinnaker, entre Groix et l'archipel de Glenan, Mai 2018.
 
 
Route avec le spinnaker, entre Groix et l'archipel de Glenan, Mai 2018.

        Nous faisons , une première escale à L’Est de Penfret, au mouillage à l’ancre devant la base de l’école de voile des Glénans.
 
Ile de Penfret, archipel de Glénan, Mai 2018. 

        L’annexe est préparée à la hâte pour la chasse à l’araignée de mer. L’eau est encore fraîche toutefois après 1heure de recherche cinq araignées sont sorties de l’eau largement suffisant pour trois marins le soir pour dîner.
 
 
Ile de Penfret, archipel de Glenan, Mai 2018.
 
 
Pêche aux araignées à Penfret , Mai 2018. 
Ile de Penfret, archipel de Glenan, Mai 2018.
 
 
Ile de Penfret, archipel de Glénan, Mai 2018.
 
 
Ile de Penfret, archipel de Glénan, Mai 2018.

         Nous repartirons en fin d’après midi, à la voile vers l’île de St Nicolas pour profiter de nos trouvailles fraichement pêchées. Nous nous amarrons sur la boule du petit Louis absent pour cette nuit de l’archipel. On connait le nom du propriétaire de la boule de mouillage car un écriteau installé sur l’anneau le signal. Il signale également qu’il est demandé de laisser cette boule libre si … si petit Louis revenait y remettre son bateau. J’espère que petit Louis nous en veut pas, c’était la seule boule encore disponible dans la chambre de St-Nicolas. Nous n’aurons pas, l’occasion de faire connaissance...
 
Ile cigogne, vu de l'île de Penfret , Mai 2018.
 
Île de St Nicolas archipel de Glenan, Mai 2018.
 

Lundi 7 mai 2018.

 

          La vie est dur voilà déjà trois jours que nous sommes sous un soleil généreux nous bronzons à vue d’œil.
 

          Ce matin, visite de l’île de ST -Nicolas, avant l’arrivée du rush de touristes par bateau navette de Concarneau. L'eau est transparente, plage blanche... nous sommes en pleine continuité après la visite de l’île Penfret la veille. Quel bonheur d’être dans l’archipel sous le soleil, instant de plaisir et de découverte pour certains.
 
Île de St Nicolas archipel de Glénan, Mai 2018.
 
Île de St Nicolas archipel de Glénan, Mai 2018.
 
Île de St Nicolas archipel de Glenan, Mai 2018.
 
Île de St Nicolas archipel de Glénan, Mai 2018.
Île de St Nicolas archipel de Glénan, Mai 2018.

         En fin de matinée nous repartons pour l’île aux moutons située plus sud dans l’archipel. Endroit merveilleux pour poser son ancre, la réserve est préservée, ses plages et ses eaux font le reste pour vous plaire.
 
En route vers l'île aux moutons, Mai 2018.
 
l'île aux moutons, Mai 2018.
 
l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

Solivalio au mouillage à l'île aux moutons, Mai 2018.

l'île aux moutons, Mai 2018.

        Une dernière navigation au près nous portera à Loctudy sur un seul bord. Nous partirons faire un peu de vélo à travers le port de pêche autour des bras d’eau. L’équipage est conquis par le sud Finistère.

Phare de la Perdrix, Loctudy, Mai 2018.
 
Route entre l'île au moutons et Loctudy, Mai 2018.
 

Port de pêche de Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.
 
Chenal de Loctudy, Mai 2018.
 
Loctudy, Mai 2018.
 

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Maxime, Loctudy, Mai 2018.

Marc, Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Loctudy, Mai 2018.

Cimetière à bateau, Loctudy, Mai 2018.

Mardi 8 mai 2018.


         Départ ce matin pour l’île Tudy, quinze minutes de moteur et on s’amarre sur boule de mouillage. Visite à terre sous le soleil. L’endroit est agréable, la plage de sable blanc à l’Est est à recommander car bien abrité des vents d’ouest dominant.

Île Tudy, Mai 2018.

Île Tudy, Mai 2018.

        Nous repartons ensuite avec le vent de nord ouest bien établi vers notre nouvelle destination Port Manec'h. Cinq heures de navigation et nous nous installons sur le ponton flottant à Kerdruc dans l’Aven. Nous avons pour demain l’objectif d’aller remonter l’Aven et avoir comme destination finale Pont Aven. Cela s’avérera compliqué.

         En attendant nous profitons de Kerdruc et de Rosbraz qui se trouve de l’autre côté de la rive. Endroit bucolique et plein de verdure, une rivière à l’abri des coups de vent, idéal pour laisser son voilier au repos.
 
Route entre Loctudy et Port Manec'h, Mai 2018.   
 

Solivalio au ponton de Kerdruc, Mai 2018.

Vue sur Rosbraz, Mai 2018.

Cimetière à bateau sur L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

Mercredi 9 mai 2018.


         Départ à 10h00 pour Pont Aven situé à 5 milles de Kerdruc où nous avons passés une nuit silencieuse. Tout va bien le coefficient de marrée est bas 37. Nous avons de l’eau sous la quille 1m à 0,8m pour les passages plus juste en hauteur d’eau. Notre voisine de ponton la veille au soir nous avait prévenu, attention vers le château… il n’y a pas beaucoup d’eau.
 
L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018. 


L'Aven, Mai 2018.

L'Aven, Mai 2018. 

L'Aven, Mai 2018.

         Solivalio est au ralenti puis s’arrête, bloquer dans la vase. Nous repartons en marche arrière et passons un peu plus loin. Idem pas d’eau. Une troisième tentative et nous faisons demi tour, déçus. Impossible de passer avec des coefficients de marée aussi faible.

         Nous ressortons de L’Aven, et filons vers Belle île. Le vent n’est pas fort, Solivalio évolue pour la journée à 4 nœuds.
 
Route entre Port Manec'h et Port Maria à Belle-île, Mai 2018.
 

          Nous arrivons pour 19h30 au port du Palais. Plus de place... même plus une petit place discrète quelque part. Nous repartons pour 1 heure de voile vers port Maria sur la côte Est de Belle Île. Le vent annoncé pour la nuit est fort de nord Ouest, pas question de mouiller n’importe où. La nuit se révélera calme pour nous bien à l’abri des hautes falaises.

Jeudi 10 mai 2018.


            La croisière est déjà terminée. Retour à Vannes. Nous quittons notre mouillage salvateur à la voile. Le vent est bien établi ce matin les restes de la nuit. Nous prendrons un ris, le pont du voilier est régulièrement arrosé d’eau de mer. Nous passerons par le passage du Béniguet à l’Ouest de l’île de Houat puis cela est ensuite plus tranquille jusqu’à l’entrée du Golfe et de port Navalo. Un dernier mouillage à Berder pour le déjeuner conclura cette belle semaine de croisière.

Route entre Port Maria à Belle-Île et Port Navalo, Mai 2018.

Route entre Port Maria à Belle-Île et Port Navalo, Mai 2018.

          Cette période de croisière à été marqué par le soleil, et par tous les plaisanciers en croisière. Les ports son plein tous les soirs de la semaine. Seul les endroits à l’écart des grands axe de navigation vous permettent de vous établir tranquillement.